Saint-Hernin

Enclos paroissial

Site et monument historiques, Calvaire et enclos paroissiaux à Saint-Hernin
  • L'enclos paroissial est un ensemble architectural unique en France. Il est composé d’une église, d’un calvaire, d’un ossuaire, d’un mur de clôture et parfois d’un portail monumental ou arc de triomphe. La majeure partie d'entre eux sont situés dans le Nord et le Centre-Finistère et datent des XVè, XVIè et XVIIè s.; période couramment dénommée d' "Age d’or breton".

    L'église comprend d'importantes parties du XVIè s. et a été fortement remaniée au XVIIè s. En forme de Tau (T), elle comprend...
    L'enclos paroissial est un ensemble architectural unique en France. Il est composé d’une église, d’un calvaire, d’un ossuaire, d’un mur de clôture et parfois d’un portail monumental ou arc de triomphe. La majeure partie d'entre eux sont situés dans le Nord et le Centre-Finistère et datent des XVè, XVIè et XVIIè s.; période couramment dénommée d' "Age d’or breton".

    L'église comprend d'importantes parties du XVIè s. et a été fortement remaniée au XVIIè s. En forme de Tau (T), elle comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés et un choeur à chevet plat avec deux ailes formant le transept.
    Elle est placé sous le patronage de saint Hernin, représenté en moine au-dessus du porche sud. Arrivé au début du VIè siècle en Armorique lors de l'émigration des "Grands Bretons", il s'installe à l'emplacement des futures paroisses de Duault et de Locarn. L'histoire raconte pourtant que le seigneur de Kergoat lui aurait fait don de terres, autant qu’il pourrait enclore en un jour, et le saint aurait alors élu domicile à Saint-Hernin.
    Deux de ses reliques sont conservées dans le trésor de Locarn : un bras reliquaire du XVe siècle et un buste reliquaire des XIVe et XVe s., ce dernier étant considéré comme étant un des plus beaux exemples d'orfèvrerie bretonne de la fin du Moyen Âge. On le prie pour la guérison des maux de tête en lavant la tête de sa statue.

    Le calvaire de l'enclos a été érigé entre 1555 et 1575 et l'ossuaire vers 1697. Ce dernier se trouvait à l’origine à l’ouest de l’église a été déplacé et restauré en 1965.
    Les ossuaires étaient destinés à recevoir les ossements des défunts quand il n’y avait plus assez de place dans le cimetière ou dans l’église. Leur construction est encouragée, aux XVIe-XVIIe siècles, par l’Eglise qui entend faire respecter les lieux de culte en y interdisant les sépultures.
  • Langues parlées
    • Français
  • Tarifs
  • Gratuit
Ouvertures
Périodes d'ouverture
  • Toute l'année 2022